L'inquiétude des parents

Dans un monde où les adolescents sont souvent très protégés par leurs parents, leurs amours et leur engagement dans une relation affective sont l'occasion de s'éloigner du cocon familial. Une autonomie pas toujours facile à conquérir. Il est difficile pour un parent de laisser son enfant vivre sa première relation amoureuse sans être étouffant, inquiet et soucieux pour le jeune. Les parents ne voient pas souvent leurs enfants atteindre l'âge de fréquenter une personne pour vivre une relation amoureuse donc lorsque arrive le moment de vouloir prendre un peu plus de distance qu'habituellement pour se reprocher plus d'une personne «inconnu» ils peuvent éprouver rivalité et jalousie vis-à-vis du petit ami qui leur prend leur enfant. Il s'agit de sentiment naturel de la part des parents. Jouer la complicité, la proximité, la camaraderie entre parents et enfants n'est pas non plus approprié. Rester à sa place de parent, c'est aussi continuer d'assurer, quand il le faut, un rôle protecteur, sans craindre le conflit. Il faut savoir interdire une relation avec une personne qu'on jugerait dangereuse, qui met en péril la scolarité, la vie sociale ou la santé.

Un père ou une mère dont les parents étaient très rigides risque d'avoir la réaction inverse et de laisser son enfant trop libre. A l'inverse, des parents à l'adolescence tumultueuse risquent d'être trop sévères. Chaque parent a le droit d'imposer des limites pour cadrer son enfant en fonction de leur coutume,religion ou habitude mais il doit aussi penser à respecter leur liberté. Les parents jouent un rôle important dans la consolation suite à une rupture amoureuse donc il est important de bien choisir ces mots et de ne pas banaliser la situation pour le jeune.

Les parents face aux relations sexuelles de leurs enfants

Il est très sceptique sur le fait que les parents puissent avoir un rôle à jouer dans l’accès à la sexualité et à la vie amoureuse de leurs ados. En prenant soin de leurs enfants dès le plus jeune âge, à travers leurs gestes, leurs comportements, la manière dont ils ont respecté le corps de leur enfant, les parents ont déjà fait passer toute une série de choses.

 

Au moment de l’adolescence, le mieux qu’aient à faire les parents, c’est d’être à l’écoute de l’adolescent si celui-ci a envie de parler. Cependant, une intimité doit être respectée par rapport à ce qu’on peut se dire entre parents et enfants. A un moment donné, il vaut mieux qu’on ne se dise plus tout. Je sais que cela va à l’encontre du principe actuel prônant la communication selon laquelle tout doit se dire, s’entendre, se savoir. Mais cela fait des dégâts. Le respect de l’intimité et de la frontière entre les générations favorise le fait que l’ado se prenne en charge, se respecte, comprenne la valeur de son histoire personnelle, sans être dans un collage avec ses parents. La construction de l’intimité est essentielle et commence déjà avant l’adolescence. Les parents ont aussi à être respectueux du fait que tout ne leur revient pas et ne leur appartient pas.